La Pratique du Judo

Les techniques de Judo

Les techniques de déséquilibre et de projection sont les clés de voute d'un judoka. Appelées "Waza" en japonais, elles se divisent en deux grandes catégories. La première représente les techniques effectuées au sol, Ne-Waza, et, la seconde, celles effectuées debout avec projection, Nage-Waza.

Selon la partie du corps que le judoka emploie, les techniques pourront encore se diviser en sous-groupe:

  • les techniques de jambes : ashi waza (ex : de-ashi-baraï)

  • les techniques de bras : te waza (ex : morote-seoi-nage)

  • les techniques de hanches  : koshi waza (ex : o-goshi)

  • le groupe des techniques de sacrifice, sutemi waza, ou uke (celui qui subit) décide de sacrifier son équilibre pour faire chuter tori (celui qui attaque) :

    • les techniques de sacrifice dans l'axe : mae sutemi waza  (ex : tomoe-nage)

    • ​​les techniques de sacrifice sur le côté : yoko sutemi waza (ex : yoko-tomoe-nage)

Après avoir fait tomber son adversaire, le judoka doit parfois utiliser des Ne-Waza, afin de gagner son combat en immobilisant son partenaire, en lui faisant une clé de bras ou un étranglement :

  • les techniques d'immobilisation : osae-komi waza (ex : on-gesa-katame)

  • les techniques d'étranglement : shime waza (ex : kata-a-jime)

  • les techniques de clé : kansetsu waza (ex : ude-ishigi-juji-katame) 

Il faut noter que les jeunes judoka, jusqu'à 16 ans, n'ont pas le droit de pratiquer les clés de bras et les étranglements.

Le Kata

Dans les katas, deux judokas enchaînent différentes techniques dans un ordre et avec un déplacement bien précis. Les katas sont des exercices de style, de concentration également, et constituent la source même des principes du judo. La bonne exécution de ces katas nécessite de longues années de pratique pour permettre au judoka d'en saisir le sens profond.

Formes du Kodokan: 

 

  • Nage-no-kata (forme des projections) 

  • Katame-no-kata (forme des contrôles) 

  • Kime-no-kata (forme de la décision).

  • Goshin-jutsu (no-kata) (forme de la défense de soi).

  • Ju-no-kata (forme de la souplesse).

  • Itsutsu-no-kata (forme des cinq principes).

  • Koshiki-no-kata (forme des techniques anciennes).

  • Seiryoku-zenyo-kokumin-taiiku-no-kata (forme de l'entraînement physique et de la prospérité mutuelle) - ce kata contient le kime-shiki (forme de la décision - à destination des femmes).

  • Joshi goshin-ho

 

Autres formes : 

 

  • Go-no-sen-no-kata (forme des contre-prises)

  • Nanatsu-no-kata (forme des sept techniques)

  • Nage-Ura-No-Kata (autre forme de contre-prises) créé par Maître Mifune

Les ceintures de couleurs ont été inventées en Angleterre au milieu des années 1920 puis introduites en France par le professeur Kawaishi. On trouve dans l'ordre les ceintures blanche, jaune, orange, verte, bleue, marron, et la fameuse ceinture noire ainsi que deux ceintures supérieures (une rouge et blanche du 6e au 8e DAN , une rouge pour 9e et enfin pour la 10e DAN, comme pour clore un cycle, une ceinture blanche). Il existe aussi des grades intermédiaires pour évaluer et récompenser les plus jeunes (blanche-jaune, jaune-orange, orange-verte, verte-bleue) et la ceinture violette, parfois utilisée entre la ceinture bleue et la ceinture marron.

Certains clubs attribuent aussi des barrettes à la place d'une ceinture blanche-jaune. On obtient donc une ceinture blanche avec une barrette jaune à coudre, ainsi de suite jusque parfois trois barrettes. A Sierre nous utilisons uniquement une seul barrette jaune qui représente l'ancienneté et l'acquisition des compétences de chutes.

Les ceintures de couleurs blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 6e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu'au 1er kyu par la ceinture marron.

De la 6e kyu au 1er kyu les examens de grades se passent au sein des différents clubs. A partir du 1er dan, le judoka doit se présenter devant un groupe d'expert nationalement reconnu.

Au dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan (degré) : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e, 7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge. Après la ceinture rouge, il y a une ceinture qui n'a été obtenue que par Jigoro Kano, la ceinture blanche large (11 et 12ème dan, 12ème dan que Maitre Kano n'a obtenu qu'a titre postume) 

  • Les 2e et 3e dan correspondent au nom japonais de Deshi qui signifie disciple.

  • Les 4e et 5e dan au Renshi (maîtrise extérieure)

  • Les 6e et 7e dan au Kyoshi (maîtrise intérieure)

  • Les 8e et 9e dan au Hanshi (maîtrises intérieure et extérieure unifiées)

  • La 10e dan au Keijin (trésor vivant).

Les grades par ceinture (Kyu)
RSS Feed
  • Facebook Round